Sexe « à travers je ne veux pas »: avantages et inconvénients

Lorsque la lune de miel est loin derrière et que vous vivez avec votre vie de famille bien-aimée mesurée et calme, les batailles chaudes au lit ne sont pas viagra générique belgique toujours utiles. Est-il juste de se forcer à faire l’amour, si aujourd’hui tu n’en veux pas du tout? Voyons ce que les sexologues ont à dire.
«Non, chérie, j’ai mal à la tête. «Cette petite phrase innocente est devenue une excuse si répandue pour« sauter »de l’accomplissement du devoir conjugal qu’elle est devenue une partie de plaisanteries. Et pourtant, selon les témoignages d’experts, de nombreuses femmes, malgré la «migraine», se forcent à avoir des relations sexuelles par le biais de ne pas vouloir. Est-ce un manque de désir à court terme ou une perte totale d’intérêt pour le côté charnel de l’amour? C’est toute la question.

«Avec mon ancien homme», raconte L., 29 ans, «je me suis enjambée à chaque fois. Environ une fois par mois, je me disais: «Rien ne peut être fait, c’est nécessaire», et nous faisions l’amour sans aucun désir ni plaisir de ma part. Je pensais que le sexe était l’une des responsabilités des personnes vivant ensemble. Probablement, nous ne nous aimions pas vraiment, car maintenant avec mon mari, que j’aime et que je veux, tout est complètement différent. Il arrive que parfois je doive me mettre à la bonne humeur pour lui plaire si je suis fatigué ou pas d’humeur. Mais cela ne me dérange pas, car le désir ne va jamais trop loin. « .
Tout dépend si nous nous maîtrisons pour ne pas décevoir le partenaire que nous aimons et ne voulons pas offenser, ou si nous allons à contrecœur pour des relations sexuelles avec un homme qui ne signifie rien pour nous. «Une femme peut se forcer à faire l’amour par la force pour de nombreuses raisons», explique le psychanalyste Dr. J.-D. Nazio (J-‘D-Nasio). – Parfois, elle protège la famille, parfois elle montre simplement de la tendresse ou encourage son partenaire. Parfois, elle est animée par la peur qu’un homme n’aille pas sur le côté, parfois – calcul, parfois – par le désir d’éviter une pause. Bien sûr, pour ceux qui sont guidés principalement par l’amour, ce n’est pas un si gros sacrifice. « .
En d’autres termes, il existe un gouffre profond entre l’inadéquation temporaire des besoins sexuels (un homme et une femme ne peuvent pas être constamment sur la même longueur d’onde) et l’auto-coercition régulière, ce qui signale des problèmes plus profonds. Jusqu’à ce que les sentiments se soient estompés, un petit effort sur vous-même n’est qu’une des petites concessions qui vous facilitent la vie..
Voici ce que dit D, 25 ans: «Quand je suis fatigué, je n’ai pas de temps pour la tendresse, donc je dois me donner un petit coup de pouce au tout début, ou plutôt, ne pas prendre une part active, pour que ma bien-aimée ne se sent pas rejetée. De plus, un refus sévère peut provoquer une querelle sur un sujet complètement différent. « .
La contrainte de soi est-elle donc la meilleure façon de prouver l’amour? Peut-être, mais pas un tel exploit, car si vous vous permettez d’être « excité », à la fin vous l’apprécierez sûrement. «Je sais que le sexe est toujours bon pour moi», m’assure L., 32 ans. «Cela signifie que même si je le fais dans ces moments où je n’en ai pas vraiment envie, j’essaie non seulement de ne pas offenser ma bien-aimée, mais aussi se détendre … Et puis, même si je me mets au travail avec insouciance, je ne regrette jamais d’avoir accepté!  »
M., 42 ans, dit la même chose: «Si j’étais vraiment un fardeau, je n’irais jamais contre moi-même! C’est juste que ça rafraîchit la relation et ne me permet pas de m’enliser tranquillement dans le marais des soucis quotidiens. Quand il s’agit de sexe, mon appétit vient avec le fait de manger. Il arrive que je sois trop paresseux pour faire des efforts et que je passe juste aux exercices oraux: sans querelle, sans disputes, tout le monde est content!  »
Mais tout n’est pas aussi sans nuages. Parfois, le sexe sans désir cache de graves problèmes dans la relation. « Si nous continuons à faire l’amour, alors tout va bien pour nous! » – le conjoint déçu se console, mais au final, la politique de l’autruche ne fait qu’exacerber la discorde déjà existante, ajoutant des raisons supplémentaires de ressentiment.
Explique le psychiatre et thérapeute familial Robert Neuburger: «Si une femme se surpasse constamment, elle peut être terriblement aigrie. Il lui semble juste qu’elle vit avec un maniaque. Des couples viennent me consulter, dont l’activité sexuelle ne retarde que temporairement la crise latente. La femme ne refuse pas, mais dit à son mari: « Finissons-le plus tôt », ce qui est parfois beaucoup plus effrayant que de simplement dire « non ».
Alors, refusez ou acceptez – et la discussion notoire du problème, que les experts conseillent à l’unanimité aux couples mariés, aidera-t-elle ici? Après tout, le fait même qu’une femme puisse faire l’amour sans trop de désir reste un sujet très délicat, presque un tabou. Et qu’attendre d’autre d’une société dans laquelle la sexualité est peut-être la valeur principale et une cellule familiale à part entière doit souvent, et surtout, copuler régulièrement?!
Pour M., 33 ans, le principal indicateur est l’opinion de ses copines: «Quand on parle de sexe et qu’elles admettent qu’elles font l’amour trois ou quatre fois par semaine, je commence à me morfondre, réalisant qu’une semaine s’est écoulée et je n’ai pas trouvé le temps de m’amuser. Mais cela est plutôt dû à l’emploi et non au manque de désir en tant que tel. Ensuite, j’ai réservé du temps dans ma routine quotidienne pour le sexe. Je ne vois rien d’humiliant là-dedans!  »
Tout le monde n’est pas prêt à avoir des relations sexuelles simplement pour que le mari ne s’enfuie pas ou à cause de l’incapacité de dire «non». Par exemple, K., 28 ans, préfère s’expliquer à son petit ami: «De temps en temps, je ne veux pas de sexe, et je vais à la tromperie: je dis que je suis trop fatiguée ou je fais juste semblant d’être endormi. Mais si je n’ai pas de temps pour les plaisirs amoureux, parce que j’ai des problèmes et que cela continue pendant plusieurs jours, j’en parle ouvertement à mon copain. Et d’habitude, il me comprend « .
Qu’est-ce que c’est, une manifestation du féminisme? La psychanalyste Gisele Harrus estime qu’aujourd’hui les femmes s’obligent de moins en moins à avoir des relations sexuelles: «Elles ne veulent plus s’adapter aux désirs des hommes. De plus, ils sont les premiers à réclamer leur part de plaisir. Les hommes doivent maintenant satisfaire les femmes qui veulent avoir un orgasme légal une fois par semaine!  » Pourtant, la plupart des femmes ne considèrent pas leur soumission comme une violence contre l’individu. Pour eux, c’est plutôt un acte de tendresse et d’amour, une volonté de ne pas offenser un être cher. Et le fait qu’ils se taisent à ce sujet n’est qu’une manifestation de tact:
« Ma devise est de ne jamais rien admettre, – dit L. – Vous devez avoir au moins une sorte de secret et d’intimité! »
Et enfin, comme le souligne le Dr Nazio, «l’union d’un homme et d’une femme est tissée de compromis, il faut pouvoir faire des concessions. Si une femme est capable de se forcer à avoir des relations sexuelles, elle comprend que cela est nécessaire à sa vie de famille. Et ce comportement ne fait que parler de sa maturité et de sa sagesse. »Qu’en pensent-ils
Que pensent les hommes du fait que leur chérie et leur chère prodiguent une affection sans aucun désir? À leur avis, qu’est-ce qu’une confirmation d’amour ou une vile prétention? Une insulte ou une manœuvre qui attise la passion? Réponses de plusieurs intéressés.
E., 21 ans: «Quand je sens que mon amie n’est pas très disposée à aimer, j’essaye d’éveiller son désir pour qu’elle n’ait pas à vraiment marcher sur la gorge de sa propre chanson. Je la réchauffe, la masse, la serre dans mes bras. Cela fonctionne généralement!  »
O., 34 ans: «Je déteste l’idée même que ma copine puisse avoir des relations sexuelles par la force. Même si, quand elle refuse, je n’aime pas vraiment ça non plus. En général, laissez-le faire ce qu’il veut, l’essentiel est que je ne devine rien. « .
M., 45 ans: «Je n’ai jamais forcé une fille à faire l’amour. Eh bien, le fait qu’ils puissent volontairement stimuler légèrement leur désir ne me dérange pas, car je le fais moi-même parfois. ».
K., 27 ans: «Même si mon ami se couche parfois avec moi sans ressentir une folle passion, je préfère ne pas m’attarder dessus. Elle veut juste me plaire, regretter. Pour les mêmes raisons, j’accepte de l’accompagner au magasin ou d’admirer la soupe qu’elle a préparée, même si elle est follement salée. C’est une question de diplomatie!  »
La capacité d’une femme à faire des compromis, y compris au lit, témoigne de sa maturité et de sa sagesse.
Les garçons ne sont pas toujours prêts non plus.?
Voici une question, à laquelle la réponse peut sembler évidente, le stéréotype est tellement stable dans la société: tous les hommes en ont besoin. Donc, c’est loin d’être le cas. Après avoir ouvert leur cœur, les garçons disent qu’il faut parfois « éperonner le cheval ».
«Il arrive que je ne veuille pas faire l’amour. Principalement à cause de la paresse. Et puis vous devez faire des efforts pour avoir un avant-goût. En général, il me semble que notre excitation peut venir avant même le désir », explique Roman, 32 ans. Mais qu’en est-il d’une érection, que les femmes ont trop vite assimilée à un indicateur d’attraction insensée? Le Dr Nazio répond sans équivoque à cela: «Il est encore plus facile pour un homme de se forcer à avoir des relations sexuelles, car il peut avoir une érection sans désir. Il y a plus de mécanique dans la sexualité masculine, ce qui ne peut être dit d’une femme.  » Voici votre réponse: les hommes ne sont pas du tout avides de machines sexuelles, ils cachent juste leur mauvaise humeur derrière une érection. Pensez-y la prochaine fois que votre proche vous dira qu’il a un terrible mal de tête..

About the Author

You may also like these